Cigarette electronique fine, Cigarette electronique, prix cigarette electronique, Eden Ecig

 

Un succés auprés des fumeurs mais un impact qui fait débat

 

La cigarette électronique connait un succès de plus en plus important, en effet, non seulement elle est moins chère que le tabac, mais elle est surtout moins nocive.

Crée en 2005 en Chine, au départ elle procurait davantage de nicotine qu’une cigarette normale, mais elle a évolué pour permettre aux fumeurs de réduire ou d’arrêter leur consommation de tabac.

Ce tournant a fait grimper en flèche ce nouveau substitut nicotinique.

En France, on compte près d’un demi-million d’utilisateurs, qui s’approvisionnent en grande partie sur Internet .  Certains « vapoteurs » ont obtenu de très bon résultat, une cliente témoigne : "J'ai trouvé que la cigarette électronique était un bon compromis. Elle contient de la nicotine mais sans tous les autres produits nocifs [qu’on retrouve dans les patchs par exemple]. Et le geste de la cigarette reste là".

La e-cigarette ne produit pas de fumée, ni d’odeur, mais la remplace par une LED rouge au bout de la cigarette ainsi que de la vapeur d’eau. La vapeur est aromatisée au parfum souhaité : cigarette électronique goût Marlboro, gout redbull, gout menthe, ou tout simplement gout tabac.

Autre point fort, on peut vapoter dans les lieux publics, ce n’est pas interdit.

 

Trop peu de données sur l'impact à court et long terme

 

"En tant que médecin je ne peux pas recommander la cigarette électronique. Mais je laisserais faire un gros fumeur qui veut s'y mettre. Avec la cigarette, c'est 50% de chances de se tuer. Avec la cigarette électronique, on ne sait pas trop mais a priori c'est moins", estime-t-il cité par l'AFP. En tout cas, "aucune donnée ne fait penser qu'elle puisse arriver à la cheville de la cigarette en terme de toxicité", indique le Pr Dautzenberg.

 

De son côté, la tabacologue Nadia Lahlou a choisi de ne pas la recommander à ses patients estimant que "nous avons très peu de données sur son impact sur la santé à court, moyen et long terme". Un avis partagé par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui recommande pour le moment "de ne pas consommer ce produit" pouvant "induire une dépendance", selon elle. En effet, bien qu'elle paraisse moins nocive, l'e-cigarette qui contient de la nicotine ne supprime en rien la possibilité de dépendance.

Pourtant, une étude menée à Paris auprès de 3.400 collégiens et lycéens montre que 12% des 15-16 ans l'ont déjà expérimentée (19% pour les 17 ans) , dont une grande partie n’avait jamais fumé avant.

 

Une aide pour 75% des "vapoteurs"

 

Selon Benjamin Cohen, responsable d'une boutique de cigarette électronique à Paris, l’ecigarette constitue une réelle aide au sevrage tabagique. Pour lui au moins 75 % des vapoteurs arrêtent totalement ou réduise de 75 % leur consommation de tabac.

Une affirmation que confirme Michaël Amar, 35 ans : "Il m'arrive de fumer encore, une ou deux cigarettes dans des occasions, mais je n'en achète plus et j'économise 150 à 200 euros par mois".

 

Ce succès s’explique par le fait que les cigarettes sont de plus en plus chères et que leurs  contenus fait peur aux fumeurs qui cherchent une alternative.

 

Toujours en ce sens, une étude mené lors d’un essai de e cigarette auprès de fumeur ne souhaitant pas arrêter de fumer, 72 % ont diminué fortement leur consommation sur trois mois et 11 % ont totalement arrêté.

 

 

Source : Maxisciences 4 février 2013

 

Retour FAQ cigarette électronique Eden Ecig






Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Advertising